Notre Blog Actualités



Posté le 24 fvrier 2016 - Rubrique Vie du diocèse

Lundi 22 février, Mgr Minnerath et 17 prêtres du diocèse de Dijon partaient au petit matin de la Maison diocésaine. Direction l'Italie, plus précisément Turin, pour la retraite annuelle des prêtres.

Le voyage en car est assez long, mais traverse de beaux paysages, en particulier les Alpes dont nous pouvons contempler les sommets enneigés dans la vallée de Chamonix. Une fois le tunnel du Mont-Blanc traversé, c'est l'Italie ! Une courte pause déjeuner, et nous voici bientôt à Turin, capitale du Royaume de Piémont, illustrée par la vie de plusieurs saints dont le plus connu est saint Jean Bosco, et le plus récent le bienheureux Pier Giorgio Frassatti.

Une fois installés dans la maison des sœurs de Notre-Dame du Cénacle, nous faisons connaissance avec le prédicateur de la retraite, le père Gianni Ghiglione, salésien de Don Bosco. Ses conférences sont fondées sur l'enseignement de saint François de Sales qu'il connaît de manière approfondie pour avoir étudié sa large correspondance.

Savoyard, François de Sales fut évêque d'Annecy au temps de la Réforme catholique consécutive à l'apparition du protestantisme et au concile de Trente. Réformateur de son diocèse au prix d'un ardent labeur apostolique, il eut aussi une importante expérience d'accompagnement spirituel auprès de nombreuses personnalités. La plus célèbre fut sainte Jeanne de Chantal, dijonnaise, avec laquelle il fonda l'ordre de la Visitation. Il fut l'auteur d'une œuvre spirituelle importante, et d'une nombreuse correspondance qui lui valu d'être proclamé Docteur de l'Eglise.

Les thèmes abordés par le prédicateur sont choisis de manière à renouveler notre vie sacerdotale : l'amitié, le zèle pastoral, la volonté de Dieu et la Providence, la douceur, l'eucharistie... Selon l'expression de saint François de Sales, comme chaque année il faut démonter une horloge, la nettoyer et remplacer les pièces défectueuses, il s'agit de faire devant Dieu une révision de notre vie afin de nous remettre avec entrain à la suite du Christ pour mieux servir son peuple.

Enseignements et temps de prière ne nous empêchent pas de profiter de cette belle ville de Turin. C'est l'objet de l'après-midi du mardi pendant laquelle nous avons eu l'occasion de visiter librement le centre historique, en particulier la cathédrale et le Palais Royal, dans une ambiance fraternelle.

Nous comptons sur votre prière pour que cette retraite porte beaucoup de fruit, et nous permette de vous servir avec un enthousiasme renouvelé.



                                      Don Claude-Noël Desjoyaux
                                         Vicaire des paroisses de
                           Fontaine-lès-Dijon et Dijon-Saint-Bernard



Photos© Diocèse de Dijon
 

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 23 fvrier 2016 - Rubrique Mgr Roland MINNERATH

Mgr Minnerath a choisi de prononcer  lui-même les conférences de Carême de cette année 2016. En cette année jubilaire, le thème en est tout naturellement « La Miséricorde ».

La première conférence au soir du deuxième dimanche de Carême était intitulé : « Dieu, Père de miséricorde », cet amour viscéral est plein de compassion pour nous.

« Soyez miséricordieux vis-à-vis  de vos prochains » déclara l’archevêque. «  Le simple fait de dire « Amen »  est un témoignage de l’attitude des chrétiens vis-à-vis de  Dieu».

Mgr Minnerath évoqua  l’attitude  de Moïse avec le buisson ardent : « J’ai vu la misère de mon peuple »  et de poser cette question : « comment savoir comment Dieu se révèle ? ». Il rappela  l’Ancien Testament  et relata les difficultés de traductions  comme cette déclaration du Seigneur : « J’ai vu la misère de mon peuple ».

Dieu - dit l’orateur  - s’exprime fidèlement et renouvelle son alliance avec son peuple.  « Dieu a toujours aimé son peuple. (…) Dieu est plein de tendresse et se révèle comme lent à la colère ».

Monseigneur Minnerath  incita  ses auditeurs à relire quelques psaumes, comme le 136 ou le 145.

Affirmant que « Dieu ne peut pas être passif », l’archevêque a terminé son propos par cette affirmation : «  Dieu est amoureux de sa création ».

Après le dimanche consacré à l’ordination épiscopale de Mgr Touvet, les Dijonnais  se retrouveront les 6 et 13 mars pour les deux dernières conférences de Carême : « Le Christ, médiateur de la miséricorde »  et enfin cette ultime recommandation : « Soyez miséricordieux ».


                                      Jean Clerc


Photos : © DR

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 22 fvrier 2016 - Rubrique Jeunes

Partis à 23h de la maison Ozanam d'un bus qui venait de Belfort, nous sommes 20 étudiants du CCU à être partis à la rencontre nationale des Chrétiens en Grande Ecole (CGE) à Angers.

Le voyage s'est déroulé dans la joie, les discussions les chants et quelquefois des moments de sommeil... Arrivés à 6h30, des volontaires nous ont accueillis avec dynamisme. Au centre des Congrès, nous avons pris un bon petit-déjeuner qui a refait nos forces. Après nous être restaurés, nous sommes allés répéter le flash-mob du dimanche dans l'auditorium pour nous réveiller.

Les étudiants d'Angers nous ont demandé de poursuivre la joie tout le week-end. Une clown de Dijon nous a introduit au thème « De la tristitude à la béatitude ! » avec beaucoup d'humour et d'ingéniosité ! Avec la conférence de l'évêque de Belfort-Montbéliard et du philosophe Fred Poché, nous sommes entrés plus en profondeur dans le thème.

La conférence-débat était animée par des étudiants de Sciences-Po qui prenaient les questions des étudiants par SMS. Puis, nous sommes allés manger au restaurant universitaire. L'équipe a témoigné avoir été surprise par la simplicité et la joie des étudiants. Des stands se tenaient à la fin de la messe pour présenter aux étudiants des associations engagées dans le service des plus petits parmi nos frères : À Bras ouverts, la Mission Étrangère de Paris, les équipes Alpha et la Société de Saint-Vincent-de-Paul, dont le stand tenu par certains d'entre nous.

L'après-midi, les étudiants du CCU en ont profité pour mettre de l'ambiance parmi les participants et les volontaires, les « olé » de Dijon ont retenti dans le Centre de Congrès. L'après-midi, nous nous sommes répartis dans les différents ateliers : « Etre faible pour mieux servir », « Le pardon dans le couple » et biens d'autres interrogations sur la possibilité de trouver la joie dans la fragilité, la cohérence entre vie de foi et vie au travail.

Après les ateliers, les étudiants ont rejoint les différents sites qui accueillaient les temps de prière animés par certaines aumôneries : prier avec Pier Giorgio Frassati, adoration, prière de Taizé, etc... Le CCU a pris en charge l'animation des Vêpres.

Après le repas du soir et après les danses, des étudiants de l'Ircom d'Angers ont accompagné le groupe Etincello, en nous proposant une veillée de théâtre, de prière, de danse et de louange autour des figures de saint Jean-Paul II, saint François d'Assise, Chiara Luce et saint Maximilien Kolbe.

La soirée s'est clôturée avec un « Resuscito » assourdissant qui a enflammé le Centre de Congrès. Et remplis de joie, nous avons affronté une pluie battante pour rejoindre le parking, où les familles angevines sont venues nous chercher et nous ont accueillis avec beaucoup de générosité et de fraternité. Ce fut l'occasion d'échanges et de partage.

Le lendemain matin, le rendez-vous était fixé à l'Université catholique d'Angers pour participer, après la prière des Laudes, à des tables-rondes sur la bioéthique, le handicap, la construction du couple, etc. avec de brillants intervenants. Après un déjeuner frugal mais convivial, nous nous sommes rassemblés devant la cathédrale Saint-Maurice, où nous avons dansé le flash-mob dans la joie ! La célébration eucharistique, source et sommet de notre vie étudiante, a conclu ce rassemblement.

Nous sommes enfin repartis, le cœur empli de la joie de l'Évangile, en savourant l'exhortation du pape François : « Un chrétien ne peut jamais être triste ».

 

                                            Claudia Soffiantini et Paul Cabarat

 

Photos© CCU

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 19 fvrier 2016 - Rubrique Vie des Paroisses

Inviter à franchir la Porte sainte du sanctuaire pour participer à la neuvaine à l’Enfant-Jésus sur le thème de la miséricorde : telle fut la démarche de nombreux paroissiens de Beaune, des villages et des clochers alentours.

Chaque jour, dans la chapelle comble et magnifiquement fleurie, les voix plurielles s’unissaient pour chanter les vêpres suivies de la messe au cours de laquelle la prédication était particulièrement attendue. Mettant l’accent sur la miséricorde dans l’appel de Dieu, les sacrements, Marie, la croix de Jésus, l’enfance de Jésus, avec Marguerite du Saint-Sacrement, pour finir avec la présentation au temple, les différents prêtres ont su captiver l’attention et ouvrir le cœur de chacun à l’amour infini du Père.

A la fin de la messe, de nombreuses intentions furent confiées au Petit Roi de Grâce pendant la prière de la petite couronne qui venait clore chaque soirée.

 On pourra retenir, entre autre, cet extrait de lettre de Marguerite du Saint-Sacrement : « Croyez assurément qu’Il vous aime et que sa miséricorde sera toujours sur vous. Le soin qu’il a de vous, vous doit faire entrer en confiance et vous donnez la force pour vous séparer de tout ce que vous pouvez ressentir en vous de contraire à cette vertu. » (L.69)

 Au soir du 2 février, après la photo des participants, heureux et souriants, les sœurs carmélites ont accueilli tous ceux qui souhaitaient partager les traditionnelles galettes.


                                           Marie-France Roux


Photos : © Gilles Brébant

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...