Notre Blog Actualités



Posté le 30 janvier 2015 - Rubrique Oecuménisme

La semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens s’est déroulée du 18 au 25 janvier 2015. Dans notre diocèse, les rencontres se sont déroulées du 10 au 29 janvier.

Retour sur les différentes rencontres dans notre diocèse de Dijon (première partie de ce retour à retrouver ici)

 

 

 

Eglise Saint-Joseph de Dijon, 21 janvier

Au cœur de la semaine de l'Unité, l'Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (ACAT), mouvement oecuménique dès l'origine, colore chaque année la prière pour l'Unité d'une teinte grave et profonde par son charisme propre de soutien et de veille. C'était particulièrement le cas, cette année, à Saint-Joseph de Dijon, le mercredi 21 janvier, grâce au montage visuel qui accompagnait les lectures : ainsi les visages douloureux des personnes que le groupe de Dijon a pris en charge, ou au contraire la joie des prisonniers libérés et des familles retrouvées, se sont superposés au dialogue de Jésus avec la Samaritaine, et c'était à eux qu'on entendait le Christ promettre d'étancher toute soif. Puis, dans une lente procession, l'assemblée vint porter à la croix toutes les intentions de prière  sous forme de lampes allumées, avant de recevoir la bénédiction finale à trois voix, catholique, protestante et ACAT.

Merci à tous ceux qui ont contribué à donner à cette prière l'ampleur qu'elle méritait, en particulier aux responsables de l'ACAT, Michèle Reviron et Claude Lecinq, au père Dominique Nicolas qui a ouvert les portes de l'église, et à Jacqueline Perwez, de l'EAP, qui a guidé les chants, et  enfin à Bruno Perrin, pour sa magnifique projection.


Maison Ozanam, 22 janvier

La  soirée hebdomadaire du CCU à la maison Ozanam a pris une coloration particulière le jeudi 22 janvier : aux nombreux jeunes étudiants se mêlaient  des personnes plus âgées venues de la paroisse Saint Paul-Sainte Jeanne d'Arc, et de l'Eglise adventiste voisine, à l'invitation conjointe du père Clément, aumônier, du père Dufour, curé,  et du pasteur Perreira, nouvellement installé à Dijon.

Après la présentation réciproque des trois communautés, le père Dufour invita à boire ensemble à la même source, offerte par le Christ dans sa parole, et tout particulièrement dans le dialogue avec la Samaritaine : la lecture et le commentaire de ce long évangile furent au cœur de la célébration, en trois étapes, commentées par chacun des célébrants. Chacun des temps était séparé par des interludes musicaux, qui permettaient d'intérioriser. Puis un petit échange en groupes improvisés servit à exprimer les intentions diverses de la prière d'intercession, qui se termina par la lecture du psaume 139, en écho aux tragiques événements de l'actualité. Enfin la proclamation du symbole des apôtres et la récitation du Notre Père suivies de la bénédiction à trois voix, et  le chant rythmé « Evenou shalom alerem » conclurent  le temps de prière.

L'orchestre improvisé, qui unissait avec bonheur un violoniste  et une violoncelliste adventistes aux jeunes musiciens catholiques fut un symbole fort d'une harmonie fraternelle, au même titre que le joyeux brouhaha qui suivit : rires, sandwichs et discussions animées pour continuer la soirée ! Pour beaucoup ce fut une première, sans doute à renouveler !


Venarey-Les Laumes, 23 janvier

La belle tente de l'église Sainte Chantal de Vénarey- Les Laumes a accueilli, le vendredi 23 janvier, les chrétiens de l'Auxois-Nord pour une fervente veillée  sous le signe de l'eau.

En effet, la rencontre de Jésus avec la Samaritaine, c'est d'abord une longue pause  au bord d'un puits, et un dialogue à partir de l'eau, source de vie spirituelle autant que matérielle. C'est ce thème de l'évangile qui a été évoqué dans le chant  d'entrée « Réveille les sources de l'eau vive », éclairé dans la prédication, et rappelé dans l'invitation à se laver les mains les uns aux autres à la fontaine placée au pied de l'autel, pendant que se déroulait un magnifique  diaporama de sources, de torrents et de cascades .

Il était aussi très beau de percevoir que la préparation de la soirée était une œuvre commune :  le père Canat, curé de la paroisse, apporta la chaleur des mots d'accueil et de l'invitation finale, le père Zoungrana, délégué à l'oecuménisme, assura la présidence de l'assemblée, et madame Gwenaël Boulet , pasteur de l'EPUdF, la lecture de l'évangile et la prédication ; de même les intentions de prière furent présentées tour à tour par des voix catholiques et par des voix protestantes ;  seule manquait cette année la présence du père Nicolas, prêtre orthodoxe résidant à Semur, empêché par la maladie.

Tous les organisateurs se donnèrent la main, dans le choeur, au moment du Notre Père, puis les  célébrants bénirent ensemble l'assemblée, nombreuse et recueillie.

 

Le produit de la quête de cette soirée sera envoyé à trois monastères féminins du sud de la France, un orthodoxe, un catholique, un protestant, pour soutenir leur même effort écologique.


Beaune, 24 janvier

Les pierres de la vieille église Saint-Nicolas de Beaune, avec son porche accueillant et  son choeur flamboyant illuminé, doivent se souvenir des temps anciens où les chrétiens chantaient d'une même voix. En tout cas, elles offrent un cadre propice à une veillée oecuménique.

Si le temps était à la neige, en cette froide  veillée du samedi 24 janvier, c'est avec chaleur que le père Yves Frot, curé de Beaune, accueillit madame Gwenaël Boulet, jeune pasteur tout récemment installée, comme lui, dans ses nouvelles fonctions. Les deux communautés, protestantes et catholiques, s'associèrent dans la prière et dans les chants, soutenus par l'orgue, dans l'écoute de l'évangile, lu par le diacre Jean-Paul Renevret, et dans celle de la prédication, centrée sur le dialogue de Jésus et la Samaritaine. Cette longue pause au bord du puits fut présentée par madame Boulet comme l'occasion d'une révélation à eux-mêmes de chacun : si la Samaritaine peut se découvrir en vérité, elle est aussi la première qui donne à Jésus le titre de Messie. Présenté comme une grâce inattendue dans deux vies très occupées, le texte prit des couleurs contemporaines : savons-nous prendre le temps de la rencontre avec la source de l'eau vive ?

Après la proclamation de la foi commune, les intentions de prière ouvrirent à l'universel, et il fut proposé d'envoyer l'offrande aux chrétiens d'Orient, soutenus depuis longtemps par la paroisse de Nuits-saint-Georges. La bénédiction finale, donnée à la fois  par le père Frot et le pasteur Boulet, fut le point d'orgue de ce temps de prière, préparé et vécu en toute amitié.

 

                                                   Maguy Minonzio

 

Photos ci-dessous (dans l'ordre) : Saint-Joseph (x1), Maison Ozanam (x1), Venarey-Les Laumes (x2), Beaune (x2)

© Maguy Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 29 janvier 2015 - Rubrique Oecuménisme

La semaine de prière pour l’Unité des Chrétiens s’est déroulée du 18 au 25 janvier 2015. Dans notre diocèse, les rencontres se sont déroulées du 10 au 29 janvier (une dernière veillée oecuménique a en effet lieu ce soir à Marsannay-la-Côte).

Retour en deux temps sur les différentes rencontres dans notre diocèse de Dijon.

 

 

Chenôve, 10 janvier

Dans notre diocèse, la première rencontre organisée à l'occasion de la semaine de prière pour l'Unité des chrétiens a précédé d'une semaine l’ouverture officielle, et c'est le samedi 10 janvier, en soirée, que les fidèles du Temple du Tabernacle ont accueilli les paroissiens de Sainte-Thérèse de Chenôve. Qu'il était bon, au cœur d'une actualité dramatique, de faire l'expérience d'un dialogue chaleureux et priant ! Dans la salle de culte pleine et attentive, après les chants de louange accompagnés à la guitare, la lecture dialoguée de l'évangile de la Samaritaine (Jean, 4, 1-42) au cœur de la rencontre a été éclairée par deux témoignages personnels forts ; puis, le pasteur Philippe Montuire a invité à des partages en petits groupes, et enfin la prédication du père Luc Lalire  a insisté particulièrement sur le thème de l'eau, don précieux de la vie matérielle et spirituelle, et sur la conversion à laquelle nous invite une rencontre avec Jésus. Après l’envoi donné par le pasteur François Guillaume, les derniers échanges qui se firent autour des galettes ont continué aussi à tisser les liens entre les deux communautés chrétiennes.

 

Monastère de Saint-Elie, 17 janvier

Conformément à la tradition chrétienne, c'est la veille au soir que s'ouvre le dimanche et c'est donc bien normal que les Carmélites du monastère saint Elie aient invité Mgr Minnerath à Saint-Rémy-les-Montbard dès  l'après-midi du samedi 17 janvier, afin d' ouvrir  la semaine de prière pour l'Unité par une conférence sur le dialogue catholique-orthodoxe, auquel il participe depuis 2006. C'est en expert que l'archevêque a exposé l'histoire  et  le travail  de la commission mixte internationale pour le dialogue théologique entre l'Eglise catholique et l'Eglise orthodoxe.

Créée en 1980, la commission avait pour but le retour à la pleine communion entre les deux Eglises. Mais elle s'est heurtée très vite à la  résurrection des églises catholiques orientales, après la chute du mur de Berlin, dont l'existence est ressentie comme une trahison par les orthodoxes, car le rattachement à Rome, au cours de l'histoire, n'a pas toujours été exempt d'intérêts politiques. Cette méthode, appelée « uniatisme » a été rejetée comme  peu respectueuse et périmée dans le document signé à Balamand en juin 1993. Ce document,  qui prône désormais une attitude de respect  et de générosité réciproque entre deux Eglises orientales, est malheureusement peu respecté sur ce point . Par ailleurs de nombreux incidents  et moments de tension avec les catholiques ou entre les orthodoxes ont interrompu ensuite les rencontres de la commission.

La commission a cependant repris en 2006 sa réflexion théologique sur le mystère de la communion en Eglise, à la lumière du mystère de la Sainte Trinité et de l'Eucharistie, qui a abouti au document de Ravenne, signé en 2007 : chaque Eglise locale est unie autour de son évêque, et les évêques vivent la communion entre eux dans les synodes régionaux  et les conciles oecuméniques. La primauté de Rome est reconnue, mais de manière différente par les orthodoxes et par les catholiques.

Depuis 7 ans c'est donc la question de la primauté de l'évêque de Rome qui est étudiée par la commission, du point de vue historique et théologique. Cependant aucun document rédigé n'a reçu l'approbation nécessaire (qui doit être unanime selon la conception orthodoxe de la communion ecclésiale). Le monde orthodoxe et le monde catholique, une fois de plus, se montrent incapables d'avancer sur le chemin oecuménique, sans doute retardés par les replis identitaires actuels vécus en Europe avec les conséquences de la crise financière.

Prier pendant la semaine de l'Unité est bien une nécessité vitale : en 1000 ans de séparation, les relations entre les Eglises sont devenues si complexes, et les différences culturelles si marquées que la tâche semble interminable. Que Dieu accorde à son Eglise l'Unité dont le monde a besoin pour croire !


Is-sur-Tille, 20 janvier

A son habitude, c'est l'équipe de préparation d'Is-sur-Tille qui a illustré avec le plus de couleurs et d'originalité le thème proposé lors de la semaine de prière pour l'Unité. Cette année  2015, la rencontre de Jésus et de la Samaritaine, a inspiré aux organisateurs de la célébration, une proclamation scénique du texte, et des gestes symboliques émouvants, autour d’une vasque surélevée, placée au centre de l'assemblée, et qui représentait le puits.

Au début de la rencontre salle de l'orangerie, le mardi 20 janvier, le père Vincent Sauer, curé de la paroisse,  le pasteur  adventiste Helder Pereira, Bertrand Schweisguth, pour l'Eglise protestante Unie, et Jean-Claude Petit, pour l'Eglise Protestante Dijon Toison d'or, ont versé ensemble  dans la vasque l'eau de belles cruches de formes diverses, pour montrer leur désir de partager la même eau spirituelle de la Parole de Dieu, lors de leur méditation de l'évangile à quatre voix.

Après les chants d'entrée et la prière de repentance, présentée par le pasteur Gwenaël Boulet, le dialogue de Jésus et de la Samaritaine s'incarna autour du puits, grâce à un beau travail de mémorisation  parfaite et de stylisation gestuelle des deux acteurs. Après la prédication, le moment le plus émouvant fut peut-être le passage de chacun près de la vasque, pour recevoir de son voisin, puis transmettre à son tour, l'eau dans les mains, accompagnée d'une parole de bénédiction réciproque. Enfin le Notre Père commun fut récité debout, tourné vers l'extérieur, pour signifier le désir commun d’évangéliser, comme la Samaritaine.

Nombreux  furent les participants catholiques et adventistes de cette veillée oecuménique, qui purent ensuite, comme chaque année, continuer de partager au cours d'un repas amical.


18 et 25 janvier, église Saint-Jean-Bosco et Temple de l'Eglise Protestante Unie (Dijon)

Le dimanche 18 janvier, premier jour de la semaine de prière pour l'Unité des Chrétiens, les catholiques du Sacré Coeur-Saint Jean Bosco ont été  accueillis au temple de l'Eglise Protestante Unie, pour le Culte, par madame Gwenaël Boulet, tout récemment installée dans sa fonction de pasteur, pour Dijon et toute la Côte-d'Or.

Peu de jours avant, elle avait aimablement accepté l'invitation des paroissiens catholiques, afin de répondre à leurs questions. Cet échange fut riche et amical, et les précisions historiques, théologiques et liturgiques abordées avec elle, ont renouvelé notre conscience de la nécessité du dialogue oecuménique et de l'approfondissement théologique.

Lors de la sainte Cène, c'est d'un même cœur que tous ont écouté la lecture de la Parole et la prédication, chanté, et proclamé, dans  le symbole des apôtres, leur foi commune en l'Eglise universelle et  la communion dans la prière fut profonde.

La rencontre de Jésus avec la Samaritaine, thème de la Semaine de l'Unité, fut abordée par le père Jean Lamblot, curé du Sacré-Coeur, sous l'angle des querelles entre Juifs et Samaritains, évoquées dans le dialogue évangélique. Après avoir clairement distingué les deux traditions, il a rappelé  la réponse de Jésus : « Le moment vient où les vrais adorateurs adoreront le Père en étant guidés par son Esprit et selon sa vérité », et il a fortement engagé ses auditeurs à poursuivre leur dialogue fraternel, dans la clarté, mais en allant de l'avant.

M Jean-Marie Fritz, organiste de talent, clôtura le culte en apothéose, par une adaptation brillante de la Symphonie du Nouveau Monde. Nouveau monde fraternel pour lequel nous avons prié tous ensemble !

C'est dans la joie toute simple d'une assemblée nombreuse, toutes générations confondues, le dimanche 25 janvier, que l'église Saint-Jean Bosco  accueillait à son tour, toute illuminée, la paroisse  protestante pour la messe dominicale. L'évangile de la Samaritaine, à nouveau relu, fut cette fois commenté par le pasteur Gwenaël Boulet. Elle mit au centre de sa prédication, avec des accents très actuels, la bonne nouvelle de cette rencontre. En évoquant la vie compliquée, sans doute peu authentique, mais pas forcément pécheresse, de la jeune femme au puits, elle montra qu'elle avait su mettre  sa vie en vérité sous le regard de Jésus, puis, libérée  par son attitude et ses paroles, le reconnaître comme Seigneur. Une invitation pour l'assemblée à éprouver aussi  le désir de s'arrêter pour un temps de pause salutaire et de rencontre avec le Christ.

Après la messe, le père Lamblot invita les participants à continuer le partage autour d'un apéritif, comme la paroisse Saint-Jean Bosco en a pris souvent la bonne habitude.

 En cette année 2015, une fois de plus, l'échange de chaires a ponctué avec force, au moment de la Semaine de prière pour l'Unité, le pèlerinage commun de nos Eglises. Avec la richesse de l'échange des dons dans la liturgie de la Parole, nous restons insatisfaits pour l'eucharistie.

 

Quand pourrons-nous vivre enfin la joie d'une pleine communion ?

 

                                        Maguy Minonzio

 

Photos ci-dessous (dans l'ordre) : Chenôve (x2), Monastère de Saint-Elie (x2), Is-sur-Tille (x2), église St-Jean Bosco/Temple de Dijon (x2)

© Maguy Minonzio

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 28 janvier 2015 - Rubrique Vie des Paroisses

Les paroissiens de Venarey-Les Laumes étaient nombreux à la maison paroissiale à l'invitation du père Lionel Canat, curé, pour la présentation de ses voeux.

Patrick Molinoz, maire de Venarey, des maires du canton et des représentants de l'Abbaye Saint-Joseph de Clairval et du Séminaire du Saint Curé d'Ars, avaient également honoré de leur présence.

Il est revenu à André Armand, président de l'association paroissiale, d'ouvrir la cérémonie en s'associant au deuil des familles des victimes à la suite des tragédies de Paris. Il a également donné rendez-vous à tous pour le repas paroissial qui aura lieu le 8 février.

Ensuite, le père Canat est revenu sur les moments forts de l'année 2014 pour la paroisse, année qui avait débuté par l'arrivée de soeurs Patricia et Véronique au sein de la communauté des Petites Soeurs de Jésus. Il y a eu ensuite le jubilé de soeur Janine avec l'ouverture de l'année de la vie consacrée.

Les autres points abordés par le père Canat dans son discours furent :

- la modification de l'organisation de la catéchèse avec la réforme des rythmes scolaires

- la mise en place d'une équipe catéchuménat pour répondre à la demande de trois adultes

- le renforcement de l'équipe de l'Aumônerie de l'Hôpital d'Alise-sainte-Reine

- la mise en place de l'Eveil à la Foi avec le diacre permanent Michel Bouvot, avec 30 enfants

- la création d'une équipe Foi et Lumière

- l'équipe funérailles qui devra s'étoffer et qui va réfléchir à un nouveau livret de funérailles chrétiennes

- des informations sur les travaux du Synode à Rome avec Michel Bouvot

- le Secours Catholique

- l'accueil de la journée pradosienne de Côte-d'Or

- le centre de Préparation au Mariage (17 mariages célébrés sur la paroisse)

Côté travaux, il y a eu la restauration des églises de Boux-sous-Salmaise, Corpoyer-la-Chapelle, Grignon et la restauration du Christ à l'église Saint-Germain de Venarey-village."Il y a eu aussi le baptistère de la chapelle Sainte-Marguerite qui a été installé à l'entrée de l'église Sainte-Chantal de Venarey-Les Laumes avec le concours et la générosité de Michel Babouillard qui a fourni la pierre du socle" a dit le père Canat qui a terminé ses propos en formulant un vœu : "Je vous souhaite une bonne et sainte année, année où il faudra apprendre à vivre la liberté d'expression de toute opinion mais dans le respect de chacun".

 

                                         Yannick Dupin


Photos : © Yannick Dupin

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 27 janvier 2015 - Rubrique Vie du diocèse

Les moines de Cîteaux ont convié les prêtres du diocèse le lundi 26 janvier  pour honorer les saints fondateurs : Robert, Albéric et Etienne. Malgré l’incertitude du temps, 55 prêtres se sont retrouvés autour de Mgr Minnerath.

La messe solennelle fut célébrée sous la présidence de l’archevêque, qui était accompagné de Dom Antoine Beauchef, abbé de l’abbaye Saint-Joseph de Clairval  à Flavigny-sur-Ozerain. Dom Quenardel, abbé de Citeaux, leur souhaita la bienvenue, saluant aussi la présence du pasteur Karl Gervin, Norvégien luthérien.

« Quelle joyeuse espérance habitait votre cœur ? » chantèrent les moines en introduction de l’Eucharistie. La prière d’ouverture implorait la mémoire des trois saints fondateurs :  « Encouragés par leur prière, que nous ayons au fond du cœur le désir ardent de courir vers la vie éternelle ».

L’Evangile de Marc fut proclamé par un moine, le frère Jean-Claude.

Mgr Minnerath prononça une homélie d’une haute élévation rappelant à tous les prêtres présents la nécessité des moyens pour « rendre le Christ présent aujourd’hui », concluant son propos par « Puissions-nous répondre à ce que le Seigneur nous demande ».

La fin de la célébration eucharistique donna l’occasion aux chœurs des moines repris par tous les prêtres de chanter : « Tu nous as faits pour toi Seigneur et notre cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en Toi ».

Après le repas convivial, l’office de None fut prié et le père abbé de Cîteaux présenta la communauté actuelle de Cîteaux (chiffres et projets), son économie, et surtout la fondation de Munkeby (l’implantation des cisterciens en Norvège, que n’a pas manqué de saluer le pasteur Gervin).

Dom Quenardel, en se réjouissant du nombre important de prêtres réunis en ce lundi, émit le souhait que nombreux soient aussi les consacrés de toutes obédiences à participer le 2 février à la réunion organisée à la Maison diocésaine pour la célébration de la fête de la présentation du Seigneur.

 

                                            Jean Clerc

 

Photos : © Jean Clerc

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...