Notre Blog Actualités



Posté le 27 fvrier 2013 - Rubrique Evénements

35 prêtres du diocèse de Dijon sont actuellement en retraite à Rome, autour de leur archevêque. Arrivés lundi soir, ils ont assisté ce matin à la dernière audience générale du Pape Benoît XVI. 

Hier, le groupe dijonnais a eu l’opportunité de visiter la basilique Saint-Jean de Latran. Cathédrale et siège de l’évêché de Rome, dont le titulaire est le Pape, c’est la plus ancienne et la première dans l’ordre protocolaire des basiliques papales.

L’après-midi, les clercs ont visité les catacombes San Callisto, datant du IIème siècle.

Ce matin, avant l’audience générale du Pape qui a réuni plus de 100 000 fidèles, les prêtres du diocèse de Dijon ont célébré une messe sur le tombeau de saint-Pierre. La messe a été présidée par Mgr Müller, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Ce dernier a notamment proposé dans son homélie une citation de saint Bernard, né à Fontaine-lès-Dijon !

Pour la suite de leur retraite, prêchée par Mgr Minnerath, le groupe bourguignon a notamment prévu une visite des basiliques Saint-Pierre, Saint-Paul-hors-les-murs, Saint-Clément du Latran ou encore Sainte-Marie Majeure.

Leur retour en Côte d'Or est prévu samedi soir.

 

 

Photos ci-dessous (dans l’ordre) : Mgr Minnerath et Mgr Müller, dernière audience générale de Benoît XVI (vue vers l’estrade et vue d’une partie du groupe dijonnais), les prêtres africains du diocèse de Dijon dans les rues de Rome, les Pères Paul Houdart et Etienne Hache, les Pères Christian Baud et Bernard Card, les Pères Raoul Mutin et Hubert Naudet dans la basilique Saint-Jean de Latran

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 26 fvrier 2013 - Rubrique Culture et patrimoine

Depuis de nombreuses années, les Amis de Notre-Dame-De-Lée s'efforcent de faire vivre et revivre la longue tradition de prière et de pèlerinage qui s'est vécue depuis le XVIème siècle autour de cette chapelle située à quelques encablures de notre village de Bessey-Les-Cîteaux.

L'arrivée de notre nouveau curé, le Père Alain Theuret, sur la paroisse de Brazey-en-Plaine (dont nous dépendons) n'a pas changé nos intentions, et c'est avec ce nouveau soutien que notre association souhaite continuer à préserver et redonner sa dimension originelle à ce lieu de prière, pour tous les fidèles qui y font une halte.

Cette année 2013 sera encore chargée en manifestations pastorales ouvertes à tous, bien au delà des limites de nos paroisses :

·         Le pèlerinage du lundi de Pâques le 1er Avril (départ à 16h de l'église du village)

·         La marche de nuit de Saint-Bernard le 18 Août à 3h (de la chapelle à Cîteaux, arrivée pour les Laudes)

·         La messe en plein air pour la fête de la Nativité le 8 Septembre, suivi du repas à la salle des fêtes de Bessey-Les-Cîteaux.

·         Les portes ouvertes de 15h à 18h les troisièmes dimanches de chaque mois, et le 15 Août, avec un temps de prière à Marie en ce jour de l'assomption à 16h30.

 

D'autres actions sont également organisées pour soutenir nos projets.

·         La vente des brioches de Pâques (commande le 10 Mars à la sortie de la messe à Brazey)

·         La fête de l'osier le 25 Août au stade de Bessey.

 

L'entretien de la chapelle fait aussi partie de nos préoccupations, et c'est avec l'accord de la commission des arts sacrés qu'il est prévu de repeindre l'intérieur cette année.

Mais rien de mieux qu'un détour par ce site champêtre propre au recueillement pour le découvrir et s'en imprégner. Les amis de Notre-Dame-De-Lée espèrent vous rencontrer à l'occasion d'un de ces prochains évènements.

 

Plus d'informations : http://sites.google.com/site/paroissesbrazeysaintjean/nos-eglises/bessey-les-citeaux

 

 

                                                    Estelle Carteret

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 25 fvrier 2013 - Rubrique Culture et patrimoine

Pour sa sixième édition, la semaine culturelle du diocèse de Dijon a retrouvé un nombreux public. Ils étaient plus de 1000 à en suivre les différents temps forts qui se sont déroulés du 7 au 15 février. Et chaque fois, ils ont pu sortir de l’habitude qui efface et tue le présent.

 

 


Ciné-débat et exposition

C’est la lumière qui a introduit le propos. La présentation en l’église Saint-Pierre, du documentaire « d’art et de lumière » par Vincent Lauth (réalisateur), Emmanuelle Grand (peintre, vitraïste) et Pierre Alain Parrot (vitraïste) nous a ouvert les yeux. Le vitrail tel que présenté dans la deuxième moitié du XXème Siècle, veut laisser passer la lumière qui inonde les lieux et l’homme dans son présent. Le Père Pierre Broussolle nous a rappelé le temps de la création des vitraux de l’église Saint-Pierre et les dimensions spirituelles qui ont motivé le projet. Je crois que maintenant le nombreux public de cette soirée, regardera avec un œil neuf ces grandes verrières au travers desquelles chaque jour le soleil se donne. Allez les découvrir un jour de printemps, et dans le silence laisser vous baigner de leurs mille feux !

 

La fin de semaine, l’exposition en la cathédrale Saint-Bénigne a révélé à la fois la grande compétence, la performance et l’humilité de celui qui capte des photos d’art et des photos de reportage. L’expertise des photographes, Bernard Berros, François Perrodin et François Jay, nous a fait redécouvrir d’un œil nouveau les « pleurants » du tombeau des ducs de Bourgogne, les statues du XIIIème, ou les sculptures du XIXème.

Par ailleurs la sagacité du regard de Jean Louis Bernuy, nous a montrer au travers de ses photos de pressées de jus de raisins, ce que l’œil ne voit jamais, parce qu’il s’arrête au regard de l’habitude.

Enfin l’équipe d’artistes autour de Vincent Lauth, nous a entrainés par la photo reportage, dans la réalité des vies des enfants de Bombay, pleines de souffrances, de fragilités mais aussi d’espoirs et de merveilles.

Le musée Nicéphore Niepce de Chalon sur Saône nous présentait une rétrospective de l’histoire de la photo.  Le service audio visuel du diocèse avait quant à lui, sorti tous  les appareils de photographie et de projection qui sont dans son trésor. Des bobines de film ont été projetées.  Elles ont bercé les enfances des plus anciens d’entre nous.  

L’histoire se racontait comme une madeleine de Proust, au travers des discussions de tous ceux qui s’en approchaient. Un grand documentaire de rétrospective sur l’année Saint Bénigne, nous a fait revivre cet anniversaire. La cathédrale y est présente soit dans l’ambiance des lumières de 1500 chandelles soit dans sa version flamboyante.

Alors procurez vous ce DVD, ou bien dès qu’ils seront de retour aller rendre visite aux « pleurants » du tombeau des Ducs. Ouvrons bien l’œil et le bon !

 


Messe des artistes et concert

En l’église Notre-Dame, renouvelée par un éclairage adapté,  la messe des cendres, par tradition messe des artistes, a réuni une immense assemblée autour des artistes présents. Monseigneur Roland Minnerath en était le président.

Les Fiori Musicali sous la direction d’Etienne Meyer, le jeu des organistes (Bernard de Quillac, Dominique Geniau, Matthieu Leguay) nous ont entrainés dans une prière fervente où chacun s’est replacé comme homme au seuil du temps de carême.

 

Enfin, le concert en l’église Notre-Dame nous a permis de quitter nos habitudes et d’ouvrir nos yeux sur des peintures du XVème et XVIème siècles que notre vue présente ne voit plus. Elles sont bien là. Alors que nous pourrions les toucher de la main, elles sont comme effacées de notre regard. 

Nous n’oublierons plus, maintenant le crucifiement avec les femmes dont l’expression implorante est  intense, les larrons qui regardent le Christ, la Vierge à l’enfant qui nous accompagne quand nous sortons de l’église pour rejoindre le monde…Catherine Gras et Marie Gabrielle Caffin nous ont ouverte les yeux… Les musiques de la même époque ont raisonné de toutes leurs harmoniques irradiant le lieu  et nos pensées.

Venez vibrer à l’unisson devant ces peintures. Elles vous attendent, et seront certainement représentées lors de la nuit des églises du 6 juillet.    

 

                                                                Jean-Michel Pelotte
                                                       Délégué Episcopal à la Culture

 



Crédits photos : Service culturel diocésain, François Jay, Jean Riegel

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...


Posté le 22 fvrier 2013 - Rubrique Vie des Paroisses

Le 25 décembre, comme chaque année, l’Eglise universelle fêtait en grande pompe la fête de Noël : la descente du Ciel sur la terre par la naissance de l’Enfant-Dieu…

Le 25 janvier, comme chaque année depuis 1636, l’Eglise locale de Beaune vivait en grande simplicité la neuvaine à l’Enfant Jésus : la montée des âmes au Ciel par la voie de l’Enfance spirituelle !

C’est l’Enfant Jésus Lui-même qui a désiré confié aux Carmélites puis à la paroisse de Beaune la grâce et la mission de réveiller et de révéler les trésors et les vertus de Son Enfance : en effet, ce cadeau reçu à Noël que l’on aurait trop vite fait de remiser au fond des placards entre crèche, sapin et autres décorations, nous est donné pour se déployer dans tous les recoins de notre vie durant toute l’année !

Initiée par la Vénérable Marguerite du Saint Sacrement au XVIIème siècle et portée depuis fidèlement par les Carmélites, notre neuvaine avait connu un nouvel élan en 2005 grâce à Sr Jehanne d’Arc et au Père Card qui ont su lui donner une plus grande dimension paroissiale, ainsi que profondeur et unité dans les prédications et démarches proposées.

Mais la neuvaine de cette année a revêtu une dimension supplémentaire en s’inscrivant profondément et volontairement en union avec l’année de la Foi ouverte par le Saint Père.

Elle a ainsi permis à tous ceux qui le désiraient de vivre pleinement et très concrètement ce que Benoit XVI appelait de ses vœux en lançant l’année de la Foi:

*« exposer à tous les fidèles la force et la beauté de la Foi » (chapitre 4 in Porta Fidei)

* vivre « une conversion authentique et renouvelée au Seigneur » (chapitre 6)

* aspirer « à confesser la foi en plénitude et avec une conviction renouvelée, avec confiance et espérance » (chapitre 8)

* « rendre plus solide la relation avec le Christ Seigneur » (chapitre 15)

Et cela grâce au Credo récité au début de chaque soirée et aux enseignements qui ont nourri notre Foi, aux démarches qui l’ont incarnée dans notre vie, à l’exemple concret des différents modèles de Foi offerts par l’Eglise qui nous ont encouragés sur la voie de la sainteté, de la charité et de la mission.

Le point d’orgue a été la Messe de la Présentation de Jésus au Temple le 2 février au soir, où, à la lumière des cierges, nous avons pu tous ensemble renouveler la Foi et les promesses de notre Baptême, notre amour de l’Eglise, et notre offrande au Père.

Chacun a pu, à sa mesure, recevoir « les surprises que le Seigneur lui préparait » (comme le promettait le Père Vincent Sauer le premier soir), et recevoir la nourriture nécessaire pour approfondir, fortifier et fructifier la Foi reçue à son baptême.

Il était si beau de voir l’unité paroissiale ainsi réalisée par la présence chaque soir d’une bonne centaine de paroissiens, représentant chaque état de vie : prêtres, diacres et religieuses, retraités  et jeunes professionnels ou personnes sortant tout juste du travail pour foncer à l’église, confirmands et recommençants, parents se relayant pour pouvoir venir un soir sur deux , ou bien venant avec tous leurs enfants le dimanche !

Et voilà, au terme de ces 9 jours, une paroisse aux liens  fraternels renforcés, renouvelée dans sa Foi, profondément unie à l’Eglise du Ciel et de la terre, envoyée en mission dans le monde qui l’entoure !

La neuvaine est achevée, mais la mission ne fait que commencer : à chacun, durant toute cette année de la Foi, « de porter du fruit à 100, 60 ou 30 pour 1 » (Mt 13, 23), selon ce qu’il aura reçu !

 

Demandons à l’Enfant Jésus de continuer à veiller sur cette paroisse qu’Il a choisie, et de travailler avec douceur et persévérance dans les cœurs de ceux qui veulent vivre à Son école afin de faire la Volonté de Son Père.

C’est Sa plus grande joie, et la nôtre !

 

                                                                  Une paroissienne de Beaune

 

 

Crédits photos : Gilles Brebant

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...