Notre Blog Actualités



Posté le 09 juin 2017 - Rubrique Culture et patrimoine

Pour clore sa  « saison » de conférences sur l’art sacré ancien et contemporain,  l’ « Association Art sacré en Côte d’Or » (AASCO) a convié ses membres et leurs amis à une découverte de l’abbaye de Moutiers-Saint-Jean et des églises proches.

Corsant et Moutiers

Aussi est-ce par un beau soleil que 46 d’entre eux ont fait étape tout d’abord en l’église de Corsaint, village qui passe pour avoir été le lieu de la création de la plus ancienne abbaye de Bourgogne, celle de Moutiers (Ve siècle,) et de l’inhumation de son créateur, Jean de Réome. L’édifice, des XIIIe-XVe siècle, renferme une belle statuaire des XVe-XVIe siècles, un ensemble de mobilier du milieu du XVIIIe s. (autels latéraux et autel majeur surmonté d’une colombe eucharistique) et un tableau, jadis connu pour représenter le Jugement de Salomon, que sa restauration a révélé être une œuvre à la gloire du jeune roi Louis XIV et du Grand Condé au lendemain de la bataille de Rocroi, donc peinte vers 1640, par le peintre dijonnais Luc Despèches.

Saint-Germain-les-Senailly

La seconde étape fut pour l’église de Saint-Germain-les-Senailly, restaurée en 2011-2014, après qu’ait été réalisée une étude approfondie de ses structures par le Centre d’études médiévales d’Auxerre. Le clocher en a été bâti au XIIe s. sur des bases des Xe-XIe s., puis le chœur été agrandi au XIIIe siècle. Au XVIe siècle et au début du XVIIe s. ont été successivement construits ou reconstruits les chapelles latérales et la nef. Cette église abrite un exceptionnel retable en bois  du XVe siècle (La Crucifixion et les 12 apôtres), et une série de grandes statues de saints de style rustique, joyeusement colorées, parmi lesquels des saints inhabituels en Bourgogne tels saint Norbert ou saint Grégoire le Grand.

Moutiers-Saint-Jean

L’après-midi a été consacrée au village de Moutiers-Saint-Jean, en commençant par l’ église, vouée à la conversion de saint Paul, qui fut restaurée entre 1927 et 1948 par le Père Dupaquier, lequel la dota de confortables  bancs de style artdéco et fit créer pour elle par les ateliers Mauméjean des vitraux (posés en 1935) célébrant, notamment, Catherine Labouré (qui fréquenta cette église), ainsi qu’un chemin de croix et une plaque des morts de la guerre de 1914-1918 en mosaïque. L’église renferme en outre trois autels du XVIIIe s. et des tableaux provenant sans doute de l’abbaye voisine, enfin une gracieuse statue de sainte Barbe de la fin du XVIe s que certains des visiteurs ont  considérée comme justifiant à elle seule la visite  de ladite église.

Les jardins Coeurderoy

Enfin, après une flânerie dans les jardins Coeurderoy (fin XVIIe s.), le groupe fut accueilli par les récents propriétaires du bâtiment conventuel, seul vestige encore debout, après les destructions révolutionnaires du somptueux couvent reconstruit de 1747 à 1754. Un ensemble d’une grande qualité esthétique et technique, bien éloigné de la pauvreté qui était la règle de vie des premiers moines installés en ces lieux…

Françoise VIGNIER

Photos :  

Retable XVe s. de Saint-Germain-les-Senailly (© M. Oursel),

Colombe eucharistique de Corsaint (© D. de Bucy)

Façade XVIIIe s. du bâtiment conventuel de Moutiers (© F. Vignier)

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...