Notre Blog Actualités



Posté le 10 mai 2017 - Rubrique Vocation

Pourquoi faut-il prier pour les vocations ?

Prier pour les vocations :c’est la mission donnée par le Christ lui-même lorsqu’il a déclaré : « Priez le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson ! » C’est cette mission aussi que s’est donnée depuis 20 ans des chrétiens de notre diocèse au sein de ce qu’on a appelé : le « monastère invisible ». Ils se sont engagés à prier tout particulièrement pour les vocations de prêtres, religieuses et religieux, consacrés, etc.

Est-ce que la situation est grave ?

Nous le savons bien : une des grandes difficultés que connaît l’Eglise aujourd’hui en Occident et tout particulièrement dans notre pays, c’est la diminution des vocations qui conduit les ordres religieux à vivre en communautés plus réduites voire à fermer ou regrouper des communautés. C’est aussi la diminution des Vocations presbytérales qui conduit les diocèses à réorganiser les paroisses en demandant aux prêtres de prendre en charge un territoire souvent très étendu. Cette situation ne doit pas être source de découragement mais de vigilance.

Pourquoi marquer les 20 ans du « monastère invisible » ?

Le 5 mai dernier, nous avons célébré le 20ème anniversaire du monastère invisible avec tous ceux qui le composent, chrétiens et prêtres, au d‘une messe en l’église Saint-Michel de Dijon à laquelle ont participé de nombreux membres de ce « monastère invisible ». Et cela continue par d’autres rassemblements décentralisés dans le diocèse. C’est l’occasion de se redire l’importance d’une bonne pastorale des vocations.

Au cours de l’homélie du 5 mai, il a été rappelé que : « Il n’y a pas de pastorale des vocations juste si elle ne prend pas en compte la vie du monde. La pastorale des vocations doit être nécessairement attentive à la vie de tous les hommes d’aujourd’hui. Parce que notre monde souffre, il a besoin de la tendresse de Dieu. Parce que notre monde désespère, il a besoin de la Parole de Dieu. Parce que notre monde se perd et va dans l’erreur, il a besoin de la Vérité et de la foi. » Et aussi : « On ne peut être au service de l’Eglise si on n’aime pas l’Eglise, si on ne fait pas tout pour son unité, pour sa communion. Si notre prière est indispensable pour les vocations, nous savons bien aussi que notre fraternité, notre unité et notre communion ecclésiale sont tout autant indispensables. La fraternité n’est pas qu’un mot : la fraternité, c’est un appel, une vocation. Et notre fraternité en Eglise deviendra appelante si elle est sincère, si nous comprenons qu’elle est toujours à construire, à faire grandir, à manifester. »

Et dans le diocèse, où en est-on ?

Dans notre diocèse, nous avons la chance de connaître régulièrement des jeunes qui entrent dans une communauté religieuse. Et nous avons des séminaristes, jamais assez nombreux, mais qui nous permettent d’espérer que d’autres les rejoindront. Ils sont huit actuellement pour le diocèse de Dijon.

Où se forment-ils ?

Ils sont au séminaire de Lyon, de Bruxelles, de Strasbourg, ou encore en stage pour se préparer à une future ordination. Nous pouvons aussi les rencontrer dans certaines paroisses du diocèse où ils viennent découvrir la vitalité de notre Eglise. Mais ils ont besoin de notre prière. La formation pour devenir prêtre est longue, parfois aride, exigeante, mais si importante pour bien remplir leur mission. Afin que le découragement ne les atteigne pas, portons les aussi dans notre prière.

 

Photos © Anne-Marie Titeca

(messe du vendredi 5 mai 2017 en l’église Saint-Michel de Dijon pour les 20 ans du "monastère invisible".)

Bookmark and Share
Aucun commentaire ...
Commenter
Veuillez remplir tout les champs ...